L’influence du stress sur le processus digestif

L’influence du stress sur le processus digestif

consultation herboristerieVoici un article que j’ai publié dans le dernier numéro du journal de la Guilde des herboristes qui portait sur l’intestin. Je vous en recommande une lecture attentive si vous souffrez d’un trouble digestif quel qu’il soit.

Bien que les nouvelles études portant sur l’influence de l’état de notre intestin, particulièrement sa flore, sur l’état de notre cerveau et notre santé en général soient fascinantes, il ne faut pas pour autant oublier l’importance de notre état nerveux sur notre digestion. En effet, le retour à la santé digestive et mentale passe souvent par le ré-établissement d’un cercle vertueux qui va tout autant de notre intestin à notre cerveau que de notre système nerveux à notre système digestif; notre mode de vie et plusieurs plantes peuvent aider à rétablir la santé dans cette deuxième partie du cercle.

Commençons par un retour sur l’anatomie de notre système nerveux. On le divise généralement en deux branches : somatique et autonome. La première branche concerne les activités volontaires et conscientes comme le mouvement et la perception; la deuxième branche s’occupe de ce qui se passe dans notre corps sans que l’on n’en ait nécessairement conscience : la respiration, la circulation sanguine, etc. Cette deuxième branche est elle-même divisée en deux sections : le système nerveux sympathique et le système nerveux parasympathique. La première division concerne les processus vitaux qui s’activent en périoshema-systeme-nerveuxde de stress, dans la réaction qu’on surnomme souvent « fight or flight » (quoique de nouvelles données semblent démontrer que cette perception est moins applicable au modèle féminin que masculin, plus étudié jusqu’à maintenant), soit fuir ou combattre. Le système nerveux sympathique active donc une réponse organique qui facilite le combat ou la fuite en dilatant les bronches, élevant la pression artérielle et, ce qui nous intéresse particulièrement, en augmentant l’afflux sanguin dans les muscles striés comme ceux des bras et des jambes; donc en diminuant l’afflux sanguin au niveau des muscles lisses, soit principalement les muscles présidant à la digestion. Le système nerveux parasympathique, quant à lui, domine en période de calme; il diminue les rythmes cardiaque et respiratoire, augmente le péristaltisme et les sécrétions digestives, relâche les sphincters, donc aide la digestion et la récupération globale de l’organisme.

En plus d’exercer un rôle direct sur le système digestif et l’intestin avec des plantes amères et carminatives, l’herboriste peut donc avoir un impact sur l’état de la personne qui se présente avec des troubles comme l’intestin irritable, une problématique très lié au stress, en aidant cette personne à augmenter l’influence du système parasympathique lors de la prise des repas et dans les heures qui suivent. Plusieurs plantes aident en effet le système nerveux à passer du mode sympathique au mode parasympathique. Avant de découvrir ces alliées vertes, rappelons quelques notions importantes, bien connues, mais souvent négligées, qui sont nécessaires à une digestion saine. D’abord, il convient de marquer une séparation claire entre le temps des repas et le travail : quitter son poste de travail et prendre une vraie pause pour se nourrir est très important pour notre santé digestive, surtout si notre travail est stressant ou demandant physiquement. Quelques respirations profondes ou une session de cinq minutes pour atteindre la cohérence cardiaque peuvent aussi aider significativement à régler des troubles digestifs, parfois même assez sévères. Il va de soi que de prendre ses repas en lisant ou en regardant la télévision (surtout les nouvelles ou un suspense) n’aura pas le même effet que si on mange calmement en pleine conscience ou tout simplement avec des gens qu’on aime (surtout pour les femmes, qui semblent, plus que les hommes, avoir besoin du support de leurs proches pour retrouver leur calme).

chamomile3Venons-en maintenant aux plantes. Si vous avez quelques notions de base d’herboristerie, vous aurez sans doute remarqué que plusieurs plantes calmantes ont aussi un effet positif sur la digestion. La camomille, par exemple, aide à dormir, mais elle a aussi une influence globalement positive sur la digestion de par son goût légèrement amer et son action carminative. Attention par contre au reflux gastrique : un des effets intéressant de la camomille est d’aider la relaxation des sphincters digestifs (on s’en rappellera, une fonction contrôlée par le système parasympathique), ce qui aide à diminuer la constipation et la sensation de lourdeur après un repas, mais peut empirer certains cas de reflux. La mélisse, certainement l’une de mes plantes favorites à cause de son effet à la fois relaxant et euphorisant, diminue les nausées, mais aussi les coliques et les ballonnements. Il est probable que son action aromatique ait un effet direct sur les contractions péristaltiques, mais son effet calmant aide aussi le système parasympathique à dominer les processus nerveux autonomes. La scutellaire, scutellaire5une autre de mes grandes alliées, n’est pas particulièrement utilisée pour son action digestive,  mais son action directe sur le système nerveux autonome est bien reconnue puisqu’elle aide l’organisme à passer du mode sympathique au mode parasympathique. Je prétends souvent qu’elle aide le hamster qui tourne et qui tourne dans la tête à prendre une pause et à passer en mode contemplatif. Elle est donc particulièrement efficace pour les gens au tempérament nerveux et anxieux qui se présentent avec des troubles digestifs ou des crampes abdominales inexpliquées. La bétoine, une plante souvent recommandée pour le mal de tête, est ma favorite pour les boules au niveau du plexus solaire qui coupent l’appétit. C’est probablement l’une des meilleures plantes pour rétablir  l’équilibre entre le cerveau cérébral et le cerveau digestif, pour faire le lien entre l’instinct ventral (gut feeling) et la conscience cérébral. C’est donc une plante particulièrement intéressante pour les personnes de type vata, très minces, très créatives, qui semblent dépenser toute leur énergie dans leur cerveau hyperactif et dont la digestion s’en ressent.

Vous l’aurez constaté ici, les plantes médicinales du système nerveux peuvent avoir une action directe sur le système digestif, particulièrement pour les problématiques liées au stress comme l’intestin irritable. Elles ne suffisent néanmoins pas toujours à rétablir l’équilibre si les facteurs activant le système nerveux sympathique ne sont pas éliminés lors de la prise des repas. Ces interdépendances illustrent l’importance d’avoir une bonne compréhension de la physiologie humaine pour réussir à traiter quelqu’un de façon globale.

Si vous avez besoin d’accompagnement pour mettre en place certains des changements recommandés ici (ou pour tout autre problème de santé), n’hésitez pas à m’appeler pour prendre rendez-vous au 450-365-5232.

Si vous souhaitez lire d’autres articles sur les plantes médicinales et l’intestin, n’hésitez pas à vous procurer le dernier numéro du journal de la guilde des herboriste!

 

 

 

 

One thought on “L’influence du stress sur le processus digestif

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *